Les stages
Les entraînements
Les courses
Les pilotes
Trucs, astuces pour la piste

Partie 1
Partie 2
Partie 3
Partie 4
Partie 5
Partie 6
Partie 7

 
Les Chevals - L'aventure 2018 partie 03
Par Frédo
















Dans cet esprit, c’est donc avec une bienveillance renouvelée que notre candidature est validée par les instances du DCF. Ils nous autorisent même à courir à trois motos contrairement à ce que stipule le règlement. Un grand merci à eux !

Tripou qui avait aussi un CR Cazeaux vient de finaliser la préparation moteur de ce dernier et le CR (Cazeaux lui aussi) de Nico sort de chez Manu avec une culasse préparée et une cartographie optimisée par Antibes Engineering. De mon côté, histoire de prendre une revanche sur 2011, les potes sont ok pour que je roule avec notre proto.

Roulez jeunesse !

Premier souci tranquille : l’administratif. Il nous faut une licence FFM NCB pour courir. Mais le VCF n’est pas affilié à la fédération. Et pour cause : cette affiliation coute plus de 1500€ par an. Aucun intérêt pour un club qui ne compte qu’une poignée de pistards. Passer directement par le Ducati Club de France, c’est le plus simple mais pas le plus sympa. En effet, en 1999, avec mon pote Lolo et une paire d’autres nous avons fondé un moto-club du nom des Tontons Chicaneurs (http://tontons-chicaneurs.fr/ltc_association/tontonsmag2/tontonsmag_02.html). Je n’y suis plus très actif mais le club a pris de l’importance notamment dans le cadre de l’activité piste. Il est donc affilié à la FFM. J’y prendrai logiquement ma licence. Sympathiquement, mes associés en font de même. On décide donc de se voir début janvier pendant l’AG des Tontons afin de présenter notre projet et surtout, de se voir.

Car, deuxième souci, nous ne sommes pas voisins. Tripou demeure en Voxanie profonde, Nico en Dordogne arborée et moi-même aux confins de l’Essonne champêtre. Il va falloir se coordonner.

Début Janvier, Tripou débarque à la maison mais Nico n’a pas pu se libérer. Il fait la connaissance des Tontons et y navigue tout de suite comme un poisson dans l’eau. Nous présentons notre petit projet : faire courir 3 Voxans lors des 300 miles du Vigeant organisés par le Ducati Club de France le 6-7 et 8 juillet 2018 prochains. Coup de chance, nous sommes les seules cette année à envisager une course. Nous pouvons donc compter sur l’appui logistique des Tontons : la tonnelle de 3X6m, le derrick, le panneautage. Pour l’appui humain, ça se bouscule moins du fait de dates qui correspondent aux vacances familiales de beaucoup. Et puis chez les Tontons on n’est pas forcément fan des twins européens qui sont les seuls autorisés à rouler sur cette course. Habitués aux organisations très pros de l’équipe (regrettée) d’O3Z beaucoup considèrent avec méfiance l’organisation très associative du DCF. Néanmoins mon vieux pote Fanfan, avec qui j’ai déjà fait trois Endurances à la française, en 2006 (en Ducati 750ss), en 2008 (en Ducati 748) et en 2009 (en Kawa ZX7R) se porte candidat pour l’assistance.

Car, l’assistance, c’est le troisième souci. Du fait de notre éloignement géographique nous avons choisi de rouler chacun avec notre moto. Logiquement, si chacun se débrouille bien de son côté, les motos devraient être prêtes pour la course. Pendant la course, plus de problème de ravitaillement, changement de pneu ou de plaquettes, puisque chaque moto devrait rouler approximativement 1h20 (4h de course pour 300 miles). Donc, sur le papier rien de compliqué. Il suffit juste de trouver au pire une personne pour le panneautage et nous ferons les pompiers nous-même.

C’est que sur ce sujet, l’aspect financier nous préoccupe beaucoup. J’ai mis deux ans à me remettre financièrement de la course de 2011 et je ne veux pas mettre la famille en danger à nouveau. En effet, il est de bon ton lorsque l’on invite des amis à nous assister sur une course de payer l’ensemble de leurs frais. Dans beaucoup de clubs, c’est là que passe l’essentiel de l’argent des éventuels partenaires. Pour nous, petits pilotes amateurs, sans carte de visite, il n’y a pas de partenaire envisageable. Si, bien sûr, le VCF, mais difficile de rester concentrés sur la course s’il faut gérer l’accueil des sympathisants. Il faudrait en faire un vrai rendez-vous du club avec toute l’organisation et l’intendance que cela implique. Pour nous, les pilotes ça veut dire beaucoup de pression pour être à la hauteur de la générosité que l’on sait grande au sein du club. Je me souviens de 2011 et de la chaine de solidarité fabuleuse qui s’était mise en place, suite, à nos ennuis mécaniques avant la course. Pat avait voulu se montrer à la hauteur de cet élan sur la piste jusqu’au sacrifice…

Pourquoi pas, oui, mais pas cette année. Pour Tripou et Nico c’est une première, ils veulent donc se la jouer tranquille en toute indépendance et avec la structure la plus réduite possible. J’ai quand même essayé de reconstituer l’équipe de 2011 mais seuls Pat et Olive sont disponibles sur ces dates.

C’est déjà super, merci les gars !

On espère plutôt motiver nos femmes (celles des Tontons sur les photos ne sont pas disponibles), mais la perspective de nous faire à manger, de nous masser le dos, de garder les enfants tout le week-end, n’enthousiasme pas leur caractère naturellement…moderne. C’est le début des vacances scolaires, elles ont d’autres projets pour la famille. Elles nous aiment…mais quand même.

Donc nous décidons de rester discrets et de nous concentrer sur la préparation des motos et aussi des pilotes.

Pour ces derniers, nous essayons avec Tripou de nous faire un petit calendrier de roulages (http://www.calendrier-piste.fr/) en essayant, évidemment, de cibler le circuit du Vigeant en priorité, tout en roulant autant que possible avec les motos de la course.

D’abord, un petit roulage de reprise dans nos coins fin mars début avril (Issoire pour Tripou, Alés pour Nico, Carole pour moi). On doit se retrouver ensemble pour un premier roulage au Vigeant le 28/29 avril avec les Tontons. Puis rouler le 19/20 mai ensemble, au Vigeant encore. Le 7 juin stage de pilotage au même endroit pour Tripou et Nico suivi d’une journée d’application le 8 juin. Puis le 25 juin dernier roulage de validation des motos toujours et encore au Vigeant.

Sur le papier on est au top.

Oui mais …dans la vraie vie tout ne tourne pas autour de notre petit projet. Il y a le boulot, la maison, la famille, les aléas divers et parfois avariés…

Troy Bayliss, triple champion du monde Superbike, vénéré des ducatistes, avait une devise lors de ses longues années de pilote indépendant : « la Perfection de la Préparation Préviens les Pauvres Performances ». Saurons-nous appliquer la règle des 5 « P » ?



Eparpillés aux quatre coins de la piste façon puzzle